Euler Hermes > Media > Actualités

Euler Hermes lance ses activités en Afrique du Sud pour accompagner les entreprises et exportateurs de premier plan

21.05.2015
  • ​Les exportations supplémentaires de biens de l’Afrique du Sud devraient atteindre 26 milliards ZAR en 2015
  • Les États-Unis et la Chine devraient tirer la croissance des exportations sud-africaines cette année
 

 

JOHANNESBURG – 21 MAI 2015 – Euler Hermes, leader mondial de l’assurance-crédit, a procédé aujourd’hui au lancement officiel de ses activités en Afrique du Sud et de son offre de services dédiée à ce marché, au Saxon Hotel, à Johannesburg. Basées à Johannesburg, les activités d’Euler Hermes incluent un accord de réassurance avec la branche sud-africaine d’Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS). Cette collaboration va permettre de conjuguer les atouts d’Euler Hermes – présence mondiale et expertise dans l’assurance-crédit – avec ceux d’AGCS – implantation existante en Afrique du Sud et connaissance privilégiée des entreprises locales.

Dans son discours d’ouverture, Gregory Nosworthy, responsable pays Euler Hermes pour l’Afrique du Sud, a déclaré : « Leader mondial du marché, Euler Hermes est idéalement placé pour aider les entreprises et exportateurs de premier plan, en Afrique du Sud et à terme dans le reste du continent, à développer leurs activités, ce dont devraient profiter les Africains eux-mêmes. Notre réseau de veille propriétaire nous permet de suivre et d’analyser au quotidien l’évolution de la solvabilité de plus de 40 millions d’entreprises à travers le monde. Nous couvrons ainsi plus de 200 pays qui représentent plus de 92 % du PIB mondial, et nous mettons aujourd’hui ces informations à la disposition des entreprises sud-africaines. »

Lors de ce lancement, Euler Hermes a présenté une étude intitulée « South Africa: Rainbow – after or before the rain? » qui propose une analyse détaillée des opportunités de croissance en 2015-2016.

« Avec une croissance attendue à 2 % cette année et à 3 % en 2016, l’Afrique du Sud devrait pouvoir combler ses lacunes dans le domaine des infrastructures et dans le secteur manufacturier et ainsi exprimer son potentiel en matière de croissance et de créations d’emplois », a déclaré Wilfried Verstraete, président du Directoire d’Euler Hermes. « Mais l’Afrique du Sud a aussi des points forts comme les plateformes de services avancées, qui permettent aux entreprises de jeter des ponts entre les continents et de donner accès aux marchés africains inexploités. »

« Le climat des affaires s’est amélioré pour les entreprises sud-africaines : les délais de paiement sont relativement courts et stables (50 jours en 2014) et les insolvabilités ont enregistré en 2014 leur cinquième année consécutive de baisse (-13 %), » a ajouté Ludovic Subran, chef économiste d’Euler Hermes. « Cette tendance baissière a clairement ralenti ces derniers mois. Selon nos prévisions, le nombre total d’insolvabilités devrait baisser de 3 % en 2015, à environ 2 000 cas, puis se stabiliser à ce niveau en 2016. »

La baisse des prix du pétrole est une bonne chose pour la balance commerciale de l’Afrique du Sud, contrairement au recul des cours de l’or. Euler Hermes estime que 68 milliards USD seront nécessaires dans les 15 prochaines années pour combler le manque d’infrastructures. 

« À moyen terme, l’évolution favorable de la démographie et le raffermissement de la demande mondiale de matières premières pourraient continuer à créer des opportunités pour les entreprises sud-africaines, » a indiqué Ludovic Subran.

Des opportunités à l’export pour les entreprises sud-africaines 

Selon Euler Hermes, les exportations supplémentaires de biens devraient s’élever à 26 milliards ZAR en 2015, pour atteindre un montant total de 1 025 milliards ZAR. La joaillerie (9,3 milliards ZAR) et les métaux non ferreux (5,8 milliards ZAR) devraient être les grands gagnants. Les exportations de produits alimentaires et de boissons s’inscrivent également en hausse (3 milliards ZAR en 2015 selon les estimations). Les États-Unis (8,5 milliards ZAR) et la Chine (7,3 milliards ZAR) devraient tirer la croissance des exportations en 2015, ces deux pays générant 61 % de demande supplémentaire. 

Les échanges commerciaux intra-africains devraient rester soutenus et l’Afrique du Sud, forte d’infrastructures de transport de meilleure qualité et de sa place dans l’économie mondiale, jouera un rôle essentiel dans le maintien de la dynamique qui a permis aux échanges à l’intérieur de l’Afrique subsaharienne de pratiquement doubler depuis 2007. Si l’Europe et l’Amérique du Nord restent des partenaires commerciaux importants, Euler Hermes prévoit une augmentation des échanges avec les pays de l’océan indien, notamment avec l’Inde, qui représente actuellement 6 % des exportations de l’Afrique du Sud et pourrait générer 2,3 milliards ZAR d’exportations supplémentaires.

Exportations supplémentaires des entreprises sud-africaines par secteur/pays

imgprsouthafrica.jpg

12 premiers secteurs : revenus à l’export en 2015 (en milliards ZAR)
Joaillerie, or non monétaire ; métaux non ferreux, métaux ferreux, agroalimentaire, chimie, véhicules, machines, papier, électronique, électricité, textile, énergie.

14 premiers pays : revenus à l’export en 2015 (en milliards ZAR)
États-Unis, République pop. de Chine, Suisse, Inde, Japon, Hong Kong, Kenya, Royaume-Uni, Corée du Sud, Pakistan, Nigeria, Turquie, Indonésie, Israël.
Sources : IHS, Euler Hermes