Résultats d’Euler Hermes pour les neuf premiers mois de 2011

09.11.2011
​Le 9 novembre 2011, le Directoire a présenté au Conseil de Surveillance d’Euler Hermes les résultats consolidés au 30 septembre 2011. Les résultats ont revus par le Comité d’Audit.
 

Chiffre d’affaires : 1 707 millions d’euros - Résultat technique net : 300,5 millions d’euros - Résultat opérationnel courant : 391,0 millions d’euros - Résultat net : 276,0 millions d’euros

​Pour les neuf premiers mois de l’année 2011, Euler Hermes a réalisé d’excellents résultats malgré un environnement économique très incertain.

 

Le chiffre d’affaires a atteint 1 707 millions d’euros, en hausse de 8% par rapport aux neuf premiers mois de l’année 2010. Les primes seules augmentent de 9,1% par rapport à l’année dernière, bénéficiant de la bonne progression du chiffre d’affaires des assurés au premier semestre et d’une production nette positive, l’incertitude économique rendant l’assurance-crédit plus attractive.

 

Le ratio combiné se maintient à 66,5%, niveau bas qui reflète la solide performance opérationnelle du groupe. Le résultat net s’élève à 276 millions contre 255,8 millions pour les neuf premiers mois de l’année 2010.


« Notre stratégie de placer nos clients au cœur de notre développement porte ses fruits. Nous mettons tout en œuvre pour fournir à nos assurés la meilleure couverture du risque possible, déclare Wilfried Verstraete, Président du Directoire du groupe Euler Hermes. Les difficultés que rencontre l’Europe pour résoudre les problématiques des dettes souveraines et de la crise bancaire dans la zone euro, imposent une surveillance étroite de la situation économique et financière. Nous avons réorganisé notre groupe, qui a désormais tous les atouts pour faire face à un nouveau ralentissement économique. Notre structure de capitaux propres saine, notre gouvernance du risque rigoureuse et notre stratégie de recentrage sur les clients sont la garantie, pour nos assurés, qu’en choisissant Euler Hermes, ils ont à leurs côtés le meilleur partenaire pour accompagner leur croissance. »
 

I. Résultats à fin septembre 2011

 

A. Chiffres clés

Pour les neufs premiers mois de l’année 2011, Euler Hermes a enregistré un résultat net de 276,0 millions d’euros, contre 255,8 millions d’euros à fin septembre 2010. Les principaux facteurs de cette amélioration sont la croissance du chiffre d’affaires et un ratio combiné qui reste à un niveau bas.
 

B. Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires d’Euler Hermes a augmenté de 8% pour atteindre 1 706,7 millions d’euros contre 1 580,6 millions à fin septembre 2010.
 
A périmètre constant, et corrigé de l’effet de change, l’activité commerciale du groupe a augmenté de 8,5% bénéficiant d’une forte production nette et d’une évolution encore favorable du chiffre d’affaires des assurés.

Malgré la baisse des taux de prime accordée en début d’année 2011 (-5,5% attendu en fin d’année sur l’ensemble du portefeuille client), Euler Hermes connaît encore une croissance solide en Europe, où se situent ses principaux marchés.
 
La performance moindre en Allemagne est due à un démarrage commercial plus lent début 2011 et à la pression concurrentielle sur les taux de prime, qui n’est pas pleinement compensée par l’évolution favorable du chiffre d’affaires des assurés.
 
La bonne performance de la région Méditerranée s’explique par la croissance du chiffre d’affaires des assurés conjuguée à des baisses de taux de prime relativement faibles. La hausse du chiffre d’affaires par rapport à l’année précédente est aussi due aux régularisations négatives sur les primes enregistrées sur l’année 2010 et liées à des ajustements de chiffre d’affaires relatif à l’année 2009.
 
La croissance dans cette région se fait avec des taux de prime élevés afin de préserver la rentabilité.
 

C. Résultat opérationnel courant

Sur la période, le résultat technique atteint 391,0 millions d’euros, contre 358,6 millions l’année dernière.
 
Le principal facteur de cette amélioration réside dans le niveau du ratio combiné, en baisse de 2,4 points par rapport à fin septembre 2010.
 
La charge de sinistres de l’année 2011 est légèrement inférieure à celle de l’année dernière pour la même période (62,2% à fin septembre 2011 contre 62,6% à fin septembre 2010). Le ratio de sinistralité net (toutes années de rattachement confondues) est toutefois plus élevé, s’établissant à 42,1% contre 40,8% pour la même période en 2010, pénalisé par une contribution plus faible du ratio des boni de liquidation.
 
Le ratio de sinistralité est toujours très bas, bien que le nombre et le montant des sinistres aient augmenté, après avoir atteint leur plus bas niveau au troisième trimestre 2010.
 
Cependant, le nombre comme le montant des sinistres sont toujours bien inférieurs aux niveaux d’avant-crise.
 
Pour maintenir le ratio de sinistralité bas, le groupe reste ferme sur sa politique de prix et a renforcé sa gouvernance du risque : tous les indicateurs d’alerte sont en place dans l’éventualité d’une détérioration soudaine de l’économie et les premières mesures restrictives ont été prises dans les pays et secteurs à risque.
 
Le ratio de coûts net s’est amélioré de 3,7 points, passant de 28,1% à fin septembre 2010 à 24,4% à fin septembre 2011. La hausse des charges brutes a été largement compensée par l’augmentation des commissions de réassurance toutes années de rattachement confondues, résultat d’une sinistralité favorable et, dans une moindre mesure, par la hausse des primes nettes acquises et des accessoires de primes.
 
En conséquence, le ratio combiné ressort à 66,5% à fin septembre 2011, contre 68,9% à fin septembre 2010 et 68,7% à fin 2010.
 
Le résultat financier s’élève à 90,4 millions d’euros. En excluant l’effet de change, il atteint 86,3 millions d’euros, en baisse de 5,4 millions d’euros par rapport à la même période l’an dernier.
 
Cette variation négative est due à des plus-values inférieures de 8,4 millions d’euros et à des dépréciations comptabilisées sur le portefeuille d’investissement pour 2,4 millions d’euros.
 
Le groupe Euler Hermes est exposé à la dette souveraine grecque via sa filiale locale, pour un nominal de 4,3 millions d’euros. Une dépréciation d’actif a été comptabilisée au 30 septembre 2011 pour 1,9 million d’euros (en hausse de 1,1 million par rapport à juin 2011).
 
Le groupe a également subi l’impact négatif (-6,9 millions d’euros) de l’effet de change.
Le résultat opérationnel courant s’élève à 391,0 millions d’euros à fin septembre 2011, en progression de 9% par rapport à la même période l’an dernier.
 

D. Portefeuille financier

A fin septembre 2011, la valeur de marché du portefeuille financier du groupe a augmenté de 99 millions d’euros par rapport à fin 2010, suite à l’apport de cash flow opérationnel, et s’élève à 3 866 millions d’euros.
 
Le groupe poursuit sa stratégie d’investissement très prudente avec des investissements limités sur le marché boursier et avec 93% de ses investissements obligataires sur des émetteurs notés AAA ou AA. Son positionnement sur des émetteurs de qualité a permis une augmentation de la valeur de son portefeuille obligataire depuis le début de l’année.
 
L’exposition d’Euler Hermes à la dette des pays d’Europe ayant les économies les plus risquées, est très limitée (à fin septembre 2011 : 39 millions d’euros sur l’Italie et 2 millions d’euros sur la Grèce).
 

E. Autres charges

Euler Hermes a comptabilisé 11,1 millions d’euros de coûts de restructuration au titre du projet de restructuration juridique du groupe et du projet Excellence pour les neuf premiers mois de l’année 2011.
 

F. Perspectives

Euler Hermes s’attend à un report de consommation des biens durables de la part des ménages ainsi qu’à un report des dépenses critiques d’investissements productifs des entreprises. Dans le même temps, le niveau global des risques pays se détériore. Dans ce contexte, le ralentissement des défaillances d’entreprises va s’arrêter. Les faillites pourraient même augmenter dans certains pays.
 
Pour autant, Euler Hermes maintient ses objectifs de croissance de 5% à 6% de ses primes brutes pour 2011 et d’un ratio combiné proche de 70% dans l‘hypothèse où aucun sinistre majeur ne surviendrait d’ici à la fin de l’année.
 
Le groupe est en effet bien préparé aux défis à venir grâce à sa forte capitalisation et la qualité de son portefeuille.
 
De plus, grâce au recentrage qu’il a opéré sur ses clients (initiative « Customer Centricity » lancée dans le cadre du projet Excellence), le groupe pourra identifier rapidement les signaux d’alerte et préserver ainsi sa position commerciale auprès de ses clients dans cette période incertaine.
 

II. Résultats du troisième trimestre 2011

 

A. Chiffres-clés

Le chiffre d’affaires enregistré par Euler Hermes au cours du troisième trimestre 2011reste très élevé et s’établit à 580,2 millions d’euros.
 
Le ratio combiné net atteint 67,8% au troisième trimestre 2011, en hausse de 15,9 points par rapport à la même période en 2010, principalement du fait d’un niveau de boni de liquidation plus faible en 2011 qu’en 2010 pour le même trimestre (les boni de liquidation entre les années 2010 et 2011 sont équivalents mais ceux-ci-sont survenus plus tôt en 2011 et sont donc moindres au troisième trimestre 2011 qu’au troisième trimestre 2010).
 
Cependant, le ratio de sinistralité net rattaché à l’année en cours est plus élevé qu’au troisième trimestre 2010, lequel avait enregistré le niveau de sinistralité le plus bas depuis la crise.
 
Cette différence sur ratio combiné se retrouve dans le résultat technique net qui atteint 97,6 millions d’euros au troisième trimestre 2011 contre 135,6 millions au troisième trimestre 2010.
 
Le résultat financier s’est établi à 22,3 millions d’euros au troisième trimestre 2011, en baisse de 6,6 million d’euros par rapport à la même période l’an dernier. La baisse est principalement imputable aux plus-values moindres sur l’exercice en cours.
 
Cette combinaison du résultat technique et du résultat financier porte le résultat opérationnel à 112,6 millions d’euros au troisième trimestre 2011, contre 153,6 millions au troisième trimestre 2010.
 

B. Chiffre d’affaires par région (sur la base des primes acquises)

Détails dans les documents joints