Résultats d’Euler Hermes au premier trimestre 2011

06.05.2011
​Le 6 mai 2011, le Directoire a présenté au Conseil de Surveillance d’Euler Hermes les résultats consolidés au 31 mars 2011, revus par le Comité d’Audit.
 

Chiffre d’affaires : 544 millions d’euros - Résultat technique net : 70 millions d’euros - Résultat opérationnel courant : 103 millions d’euros - Résultat net : 75 millions d’euros

​Le premier trimestre 2011 a confirmé la poursuite du redressement de l’économie mondiale observé en 2010. Dans ce contexte, Euler Hermes a réalisé un chiffre d’affaires de 544 millions d’euros, en hausse de 7,6 % par rapport au premier trimestre 2010.

« Compte tenu du taux élevé de rétention des clients, supérieur à 90 %, et des perspectives de hausse du chiffre d’affaires des assurés, nous sommes convaincus de notre capacité à générer une croissance régulière du chiffre d’affaires en 2011 », a déclaré Wilfried Verstraete, Président du Directoire d’Euler Hermes.

 

Au premier trimestre 2011, le résultat net du Groupe s’est établi à 75,3 millions d’euros, contre 47,6 millions d’euros un an plus tôt. Ce rebond significatif traduit essentiellement l’amélioration du ratio combiné (75,0 %).

 

A. Chiffres clés

 
Au premier trimestre 2011, Euler Hermes a dégagé un résultat net de 75,3 millions d’euros, contre 47,6 millions d’euros à la même période l’an dernier. Cette bonne performance s’explique par l’amélioration du ratio combiné, qui a reculé de 90,0 % à 75,0 %, le ratio de sinistralité net et le ratio de coûts net ayant diminué de 9 et 6 points respectivement.
 

B. Chiffre d’affaires

 
Au premier trimestre 2011, le chiffre d’affaires d’Euler Hermes s’est établi à 544 millions d’euros, en hausse de 7,6 % par rapport à la même période l’an dernier. Toutes les régions ont contribué à cette amélioration, en particulier l’Europe du Nord et du Sud et le continent américain. Après le pic enregistré au quatrième trimestre 2010 (567 millions d’euros), le chiffre d’affaires du premier trimestre 2011 est revenu au niveau du troisième trimestre 2010 (542 millions d’euros), pénalisé par la saisonnalité du renouvellement du portefeuille (47 % du portefeuille ont été renouvelés au premier trimestre – les chiffres du premier trimestre sont généralement inférieurs à ceux des trimestres suivants) et par la baisse des taux de primes consentie lors des renouvellements en début d’année.
 
 

C. Résultat opérationnel courant

 
Hors résultat financier, le résultat technique net s’établit à 70,5 millions d’euros fin mars 2011, contre 24,5 millions d’euros un an plus tôt. Sur les 12 derniers mois, le taux de sinistres net et le ratio des coûts net se sont améliorés respectivement de 9 et 6 points.
 
A 142,7 millions d’euros, la charge des sinistres nette s’inscrit en baisse de 8 % par rapport au premier trimestre 2010. Le ratio de sinistres net sur l’année de rattachement 2011 est de 62,6% contre 70% à fin mars 2010. Compte-tenu de l’impact positif additionnel des bonis de liquidation par rapport à l’année dernière (+7,3 millions d’euros), le ratio des sinistres net, tous exercices de rattachement, s’est établi à 49,1 % contre 58,1 % fin mars 2010.
 
Par rapport à 2009, année marquée par la crise, la sinistralité a fortement chuté en 2010, atteignant un plancher au troisième trimestre 2010. Les déclarations de sinistres ont de nouveau augmenté au quatrième trimestre 2010 et au premier trimestre 2011, traduisant l’assouplissement de la politique de souscription des risques pour répondre à la demande des assurés. Par conséquent, le taux des sinistres rattachés à l’exercice en cours a augmenté par rapport aux trimestres précédents, une évolution conforme aux attentes du Groupe.
 
Euler Hermes a pris toutes les dispositions nécessaires pour contenir les risques liés aux événements survenus récemment au Japon ainsi que dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Pour l’heure, le Groupe ne constate aucune hausse sensible des déclarations de sinistres.
 
Le ratio de coûts net s’inscrit en baisse de 6 points, passant à 25,9 % contre 31,9 % fin mars 2010. La hausse des charges brutes (+3,4 points) a été largement compensée par l’augmentation des commissions (-6 points), des accessoires de primes (-1,2 point) et des primes nettes acquises (-2,3 points).
 
Le ratio combiné ressort à 75 % au premier trimestre 2011, contre 90 % au premier trimestre 2010 et 68 % au quatrième trimestre 2010.
 
Au premier trimestre 2011, les produits financiers nets se sont élevés à 32,9 millions d’euros, en repli de 9,7 millions d’euros par rapport à la même période l’an dernier. Cette diminution s’explique principalement par l’absence d’effets de change positifs, contrairement à l’an dernier (-8,2 millions d’euros). La baisse des plus-values réalisées (-4,1 millions d’euros) a été en partie compensée par la hausse des produits financiers (+2,5 millions d’euros), essentiellement sur le portefeuille d’actions.
 
Grâce à l’augmentation du chiffre d’affaires et au recul des ratios de sinistralité et de coûts nets, le résultat opérationnel courant est passé de 67,1 millions d’euros fin mars 2010 à 103,4 millions d’euros fin mars 2011.
 

D. Portefeuille financier

 
Fin mars 2011, la valeur de marché du portefeuille financier du Groupe a augmenté de 97 millions d’euros par rapport à fin 2010, et s’élevait à 3 865 millions d’euros. Cette hausse reflète la capacité du groupe à générer des flux de trésorerie disponibles, et a permis de compenser la diminution des plus-values latentes, essentiellement impactées par la remontée des taux d’intérêt.
 

E. Charges exceptionnelles

 
Au premier trimestre 2011, Euler Hermes a comptabilisé 1,2 million d’euros de charges de restructuration, représentant essentiellement des honoraires, au titre du projet Excellence.
 

F. Résultat net

 
Le rebond du résultat net, qui ressort à 75,3 millions d’euros au 31 mars 2011 contre 47,6 millions d’euros un an plus tôt, témoigne également de la qualité des performances opérationnelles du Groupe.
 

G. Perspectives

 
La reprise observée en 2010 se poursuit début 2011. La croissance économique mondiale devrait toutefois ralentir en 2011 (à 3,1 % contre 4,1 % en 2010 ; dans les pays de l’OCDE, la croissance devrait s’établir à 1,8 % contre 2,5 % l’an dernier). Parallèlement, le risque pays demeure élevé et s’avère à la fois plus complexe, plus volatil et plus global.
Confrontées à de multiples sources de risque, les entreprises ont plus que jamais besoin d’aide pour gérer le risque de leur poste clients. Dans ce contexte, Euler Hermes est convaincu que la demande d’assurance-crédit demeurera solide.
 
La nouvelle production devrait ainsi s’accélérer et pour les polices qui n’ont pas encore été renouvelées (soit la moitié du portefeuille), le taux de rétention devrait se maintenir au dessus de 90 %. Comme prévu, la concurrence sur les prix demeure rude mais Euler Hermes s’estime toujours en mesure de générer une hausse des primes de 5-6 % en 2011.