Résultats d’Euler Hermes au premier semestre 2011

26.07.2011
 
Le 26 juillet 2011, le Directoire a présenté au Conseil de Surveillance d’Euler Hermes les résultats consolidés au 30 juin 2011, revus par les commissaires aux comptes et par le Comité d’Audit.
 

Chiffre d’affaires : 1 127 millions d’euros - Résultat technique net : 203 millions d’euros - Résultat opérationnel courant : 271 millions d’euros - Résultat net : 192,5 millions d’euros

​Dans une période toujours incertaine, Euler Hermes a réalisé des résultats d’une qualité remarquable au premier semestre 2011.

 

Le groupe a enregistré un chiffre d’affaire de 1,127 milliard d’euros, en hausse de 8,5% par rapport au premier semestre 2010. Les primes seules augmentent de 9,7% par rapport à l’année dernière, bénéficiant de la reprise de l’économie et d’une demande forte d’assurance-crédit, dont témoigne le taux de rétention des clients, qui progresse pour la troisième année consécutive. Le ratio combiné, à 65,8%, reflète la solide performance opérationnelle du groupe, à la fois au niveau des sinistres et des coûts. En conséquence, le groupe a enregistré un résultat net de 192,5 millions d’euros, contre 147,4 millions d’euros au premier semestre 2010.

 

Le manque de visibilité future sur les marchés et la pression permanente sur les prix conduisent le groupe à confirmer ses prévisions de croissance pour l’année.

 
« La performance opérationnelle du groupe Euler Hermes restera solide sur la seconde moitié de l’exercice : malgré des boni de liquidation traditionnellement plus faibles en cette période, les ratios de sinistralité et de coûts devraient rester bas. La mise en œuvre du plan de transformation Excellence, qui est en bonne voie, contribuera également à soutenir la performance opérationnelle du groupe. De plus, Euler Hermes a lancé plusieurs initiatives-clés – avec China Pacific Insurance Group en Chine et avec Mapfre dans la péninsule ibérique et en Amérique latine – afin de renforcer ses positions sur ses marchés de croissance », déclare Wilfried Verstraete, Président du Directoire du groupe Euler Hermes.
 
 

I. Résultats du premier semestre 2011

 

A. Chiffres clés

Au premier semestre 2011, Euler Hermes a enregistré un résultat net de 192,5 millions d’euros, contre 147,4 millions d’euros à fin juin 2010. Cette bonne performance s’explique principalement par l’amélioration du ratio combiné.
 

B. Chiffre d’affaires

Au premier semestre 2011, le chiffre d’affaire d’Euler Hermes s’élève à 1 126,5 millions d’euros, en hausse de 8,5% par rapport aux 1 038,6 millions d’euros réalisés au premier semestre 2010. A périmètre constant et corrigé de l’effet de change, l’activité commerciale du groupe a augmenté de 8,9% au premier semestre 2011 par rapport à la même période l’année dernière, ce qui confirme la reprise économique déjà observée au second semestre de l’année 2010 et la pertinence de la nouvelle approche des clients engagée par Euler Hermes.

Sur les marchés principaux, la croissance reste forte, allant de 3% en Allemagne à 8,6% en Europe du Nord.
 
Cette forte augmentation des primes acquises (+9,7%) résulte d’une production nette positive et d’une évolution favorable du chiffre d’affaires des assurés. Ces deux facteurs ont permis d’absorber la diminution de 5,5% des prix sur les contrats renouvelés.
 

C. Résultat opérationnel courant

Hors résultat financier, le résultat technique net s’établit à 202,9 millions d’euros au premier semestre 2011, à comparer aux 120,3 millions d’euros enregistrés au premier semestre 2010. Le taux des sinistres net et le ratio des coûts net se sont améliorés respectivement de 5,5 et 6,2 points comparativement au premier semestre 2010.
 
La charge des sinistres nette (toutes années de rattachement confondues) a diminué de 3% par rapport au premier semestre 2010 pour atteindre 256 millions d’euros sur la première moitié de 2011. Le taux de sinistres net sur l’année de rattachement 2011 s’élève à 61,2%, contre 64,7% à fin juin 2010, malgré l’enregistrement du sinistre Miro (distributeur espagnol de matériel informatique) pour un montant net de 19,5 millions d’euros.
 
Compte tenu de l’impact positif additionnel des boni de liquidation (19 points à fin juin 2011 contre 17 points à fin juin 2010), le taux de sinistres net, tous exercices confondus, s’est amélioré, passant de 47,7% au premier semestre 2010 à 42,2% au premier semestre 2011.
 
Après avoir atteint leur plus bas niveau au troisième trimestre 2010, les déclarations de sinistres augmentent à nouveau, traduisant l’assouplissement de la politique de souscription des risques mise en œuvre par Euler Hermes pour répondre à la demande de ses assurés. Toutefois, à l’exception du sinistre Miro, le nombre et le montant des sinistres majeurs n’ont pas retrouvé le niveau d’avant la crise, avec pour conséquence un taux de sinistralité exceptionnellement bas observé à fin juin 2011.
 
Le groupe suit de près l’évolution de la situation dans tous les pays européens. Une approche des risques très sélective a été mise en place en Grèce notamment, dès le début de la crise financière en 2008. Cette approche est revue en permanence, en fonction de l’évolution de la situation.
 
Le ratio de coûts net s’améliore de 6,2 points, passant de 29,8% à fin juin 2010 à 23,6% à fin juin 2011. La hausse des charges brutes a été largement compensée par l’augmentation des commissions de réassurance toutes années de rattachement confondues, résultat d’une sinistralité favorable (+7,5 points) et, dans une moindre mesure, par la hausse des primes nettes acquises et des accessoires de primes.
 
Le ratio combiné ressort à 65,8% au premier semestre 2011, contre 77,5% au premier semestre 2010 et 68,7% à fin 2010.
 
Le résultat financier s’élève à 68,1 millions d’euros au premier semestre 2011. En excluant l’effet de change, il s’établit à 66,9 millions d’euros, en hausse de 4,9 millions d’euros par rapport à la même période l’an dernier. Le revenu additionnel a principalement été réalisé sur le portefeuille obligataire, partiellement compensé par des plus-values inférieures de 1 million d’euros. Il a toutefois subi l’impact négatif (-10,7 millions d’euros) de l’effet de change.
 
Le groupe Euler Hermes est exposé à la dette souveraine grecque via sa filiale locale, pour un nominal de 4,3 millions d’euros (valeur de marché : 3,4 millions d’euros). Une dépréciation d’actif a été comptabilisée au 30 juin 2011 pour 0,8 million d’euros.
 
Grâce à l’augmentation du chiffre d’affaires et à l’amélioration des ratios nets de sinistralité et de coûts, le résultat opérationnel courant progresse de 194,2 millions d’euros au premier semestre 2010 à 267,2 millions d’euros au premier semestre 2011.
 

D. Portefeuille financier

Sur les six premiers mois de 2011, la valeur de marché du portefeuille financier du Groupe a augmenté de 45 millions d’euros par rapport à fin 2010, suite à l’apport de cash flow opérationnel, et s’élève à 3 812 millions d’euros.
 
Le groupe poursuit sa stratégie d’investissement très prudente : son exposition à la dette des pays d’Europe du sud est très limitée (à fin juillet 2011, 83 millions d’euros sur l’Italie, 0 sur l’Espagne, 3 millions d’euros sur la Grèce, 5,5 millions d’euros sur le Portugal).
 

E. Charges exceptionnelles

Au premier semestre 2011, Euler Hermes a comptabilisé 3,9 millions d’euros de coûts additionnels de restructuration au titre du projet Excellence. Sur la même période, le groupe a consommé 5 millions sur les 56,6 millions d’euros de provision pour restructuration relative à ce projet et constituée au 31 décembre 2010.
 

F. Résultat net

A 192,5 millions d’euros au premier semestre 2011 contre 147,4 millions d’euros au premier semestre 2010, le résultat net reflète également la bonne performance opérationnelle du Groupe.
 

G. Perspectives

Euler Hermes reste confiant dans sa capacité à générer une croissance de 5% à 7% de ses primes en 2011, et ce, malgré une croissance plus modérée au deuxième semestre et une baisse des prix attendue de 6% sur son portefeuille commercial sur l’année.
 
Preuve de sa détermination à se renforcer sur les marchés de croissance, Euler Hermes a signé un protocole d’accord avec Mapfre pour développer ensemble leurs activités d’assurance-crédit et de caution en Espagne, au Portugal et en Amérique latine.
 
Au plan opérationnel, Excellence, le plan de transformation d’Euler Hermes, commence à produire des gains de productivité, contribuant ainsi positivement à la performance du groupe.
 

II. Résultats du deuxième trimestre 2011

 

A. Chiffres-clés

Euler Hermes a réalisé un chiffre d’affaires de 582,4 millions d’euros au deuxième trimestre 2011, en hausse de 7% par rapport au trimestre précédent (544,1 millions d’euros – les chiffres du premier trimestre étant traditionnellement plus bas que ceux des trimestres suivants) et de 9,3% par rapport au deuxième trimestre 2010.
 
Les boni de liquidation ayant été plus importants qu’en 2010, le ratio de sinistralité nette - 35,9% au deuxième trimestre  2011 - est inférieur à celui du deuxième trimestre 2010. Le ratio de sinistralité de l’année de rattachement 2011, à 59,9%, est légèrement inférieur à celui du premier trimestre, principalement grâce à la hausse des primes.
 
Le ratio de coûts net s’améliore de 6,3 points, passant de 27,8% au deuxième trimestre 2010 à 21,5% au deuxième trimestre 2011. La hausse des charges brutes a été compensée par l’augmentation des commissions de réassurance (toutes années de rattachement confondues).
 
Le résultat technique a atteint 132,4 millions d’euros au deuxième trimestre 2011, en hausse de 61,9 millions d’euros par rapport au premier trimestre 2011 et de 36,6 millions par rapport au deuxième trimestre 2010.
 
Le résultat financier s’est établi à 35,2 millions d’euros au deuxième trimestre 2011.
Progressant de 102,2 millions d’euros au premier trimestre 2011 à 165 millions d’euros au deuxième trimestre, le résultat opérationnel reflète la bonne performance opérationnelle du groupe.
 

B. Chiffre d’affaires par région (sur la base des primes acquises)

Détails dans les documents joints.