Résultats Euler Hermes pour le 3ème trimestre 2016: Un pas décisif vers la transformation de notre Groupe

08.11.2016
 

  • ​Le chiffre d’affaires est stable à taux de change et périmètre constants, à 1 930 millions d’euros.
  • Le ratio combiné net s’établit à 79,7%.
  • Le résultat opérationnel, à 292 millions d’euros, inclut 37 millions d’euros de coûts de restructuration
  • Le résultat net s’élève à 226 millions d’euros, en ligne avec l’année dernière.


« Dans un contexte macroéconomique marqué par l’instabilité et la faible croissance, nous réussissons à maintenir notre ratio combiné en-dessous des 80%, en dépit de prix encore orientés à la baisse dans les grands marchés européens » a déclaré Wilfried Verstraete, Président du Directoire d’Euler Hermes. « La constance  de la performance d’Euler Hermes s’explique principalement par une politique de souscription prudente, qui sous-tend notre stratégie d’expansion. Le développement de nouveaux produits et services, comme notre récent premier partenariat digital, cadrent parfaitement avec cette stratégie. Bientôt, nos clients pourront aussi observer les résultats de notre programme « Accelerate » qui vise à améliorer encore nos processus et la qualité de nos services. » 



I. Résultats pour les neufs premiers mois de l'année 2016


A. Chiffres clés

chiffres-clefs-T3-2016.PNG


B. Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaire s’élève à 1 929,5 millions d’euros à fin septembre, en baisse de 2,8% par rapport aux données publiées au troisième trimestre 2015. La vente de Bürgel en février 2016, à effet rétroactif au 1er janvier 2016, contribue en grande partie à cette baisse (28,8 millions d’euros de prestations de service), et l’impact de change est également négatif. A périmètre et taux de change constants, le chiffre d’affaires est en hausse de 0,1% par rapport au troisième trimestre 2015 : les primes ont diminué de 0,5% alors que les prestations de services restent dynamiques (+3,5%).


chiffres-affaires-T3-2016.PNG

La France affiche une croissance positive pour le deuxième trimestre consécutif et les pays de la zone Méditerranée et Afrique maintiennent leur trajectoire de croissance. Les taux de croissance aux Etats-Unis et en Asie ont baissé suite aux plans d’actions menés tant sur la souscription commerciale que sur la souscription des risques. L’Europe du Nord ainsi que la zone Allemagne- Suisse- Autriche continuent de souffrir d’une forte pression sur les prix et présentent à nouveau une croissance négative.


C. Résultat opérationnel

Le résultat opérationnel s’établit à 291,5 millions d’euros, en baisse de 10,4% par rapport à fin septembre 2015. 


Le ratio de sinistres net s’élève à 52,7% à fin septembre, soit 1,6 points au-dessus de celui constaté à la même période l’année dernière; il a atteint 51,5% sur le seul troisième trimestre, le plus bas niveau depuis le 2ème trimestre 2015.  


Le ratio des coûts net diminue à 27,0% contre 27,3% à fin septembre 2015, principalement grâce à l’amélioration de la marge de services. 


Les produits financiers nets de charges atteignent 67,2 millions d’euros au troisième trimestre 2016 contre 79,4 millions d’euros sur la même période en 2015. Le résultat financier a été négativement impacté par une baisse des taux de rendement sur les nouveaux investissements, ainsi que par un résultat de change moins favorable.


Le Groupe a annoncé des plans de restructuration dans plusieurs pays européens, visant une réduction globale de l’ordre de 300 effectifs à horizon 2019. Les économies attendues à terme devraient atteindre 32-35 millions d’euros, et concerneront les frais de personnels et d’autres frais généraux.


Ces mesures de productivité permettront à la fois d’investir dans le développement international, les nouveaux produits et la digitalisation, et de compenser la baisse du résultat financier.


Les 37 millions d’euros de coûts de restructuration comptabilisés à fin septembre (avant impôts) sont compensés par les plus-values réalisées sur la vente des deux sociétés de services Graydon et Bürgel (35 millions d’euros avant impôts).


D. Résultat net

Le résultat net s’élève à 225,9 millions d’euros, stable par rapport au troisième trimestre 2015 (226,8 millions d’euros). 


E. Portefeuille financier

A fin septembre 2016, la valeur de marché du portefeuille financier du groupe s’élève à 4 450 millions d’euros, en baisse de 168 millions d’euros par rapport à la fin d’année 2015, essentiellement en raison des opérations de rachat d’actions réalisées en mai 2016.


F. Ratio de solvabilité

A fin juin 2016, le ratio économique de Solvency II était de 165%. Le groupe communiquera sa position Solvency II lors de la publication des comptes de décembre 2016.  


G. Perspectives

La tendance récente de l’évolution des sinistres est rassurante, et Euler Hermes a stabilisé son exposition après plusieurs trimestres consécutifs de baisse marquée. Euler Hermes reste toutefois attentif afin d’ajuster immédiatement son ambition commerciale et sa politique de souscription des risques dès que nécessaire.


Le groupe a franchi une étape supplémentaire dans sa transformation, avec l’annonce de mesures d’amélioration de la productivité dans les marchés européens. Ces mesures permettront de dégager les ressources nécessaires au financement des investissements digitaux. Ceci démontre notre capacité à combiner aptitude au changement et maintien de la rentabilité.



II. Résultats pour le troisième trimestre de l'année 2016

résultats-T3-2016.PNG


GLOSSAIRE


Ratio combiné : somme du ratio de coût et du ratio des sinistres.


Ratio de coûts : les frais d’acquisition de contrat, les charges administratives et la marge dégagée sur les services en proportion des primes acquises. La marge dégagée sur les services correspond aux revenus des services minorés des autres revenus et charges d’exploitation ordinaires. Peut être exprimé en « termes bruts », c’est-à-dire avant réassurance, ou en « termes nets », en incluant la commission de réassurance.


Ratio de sinistres : coûts des sinistres de toutes les années rattachées en proportion des primes acquises. Peut être exprimé en « termes bruts », c’est-à-dire avant réassurance, ou en «termes nets», en incluant la part cédée aux réassureurs.