Résultats 2009 d’Euler Hermes

17.02.2010
 
Le Directoire a présenté les résultats consolidés 2009, audités et revus par le Comité d’Audit et des Risques, au Conseil de Surveillance d’Euler Hermes ce 17 février 2010.
 

Chiffre d’affaires : 2 085,7 millions d’euros - Résultat technique : -64,8 millions d’euro- Résultat opérationnel : 83,6 millions d’euros - Résultat net : 19,0 millions d’euros

​Dans un environnement économique toujours difficile, Euler Hermes a réalisé un chiffre d’affaires de 2 085,7 millions d’euros (-3,7%) en 2009. L’arrêt de la dégradation de la conjoncture et l’efficacité des actions mises en place permettent au groupe d’enregistrer un résultat net de 19,0 millions d’euros (-77,3%).

“La hausse de la sinistralité, conséquence de la crise économique, pèse sur la rentabilité du Groupe et se traduit par un fort recul de son résultat technique. Cependant, grâce à la mobilisation de tous ses collaborateurs, sa gestion prudente de la crise, sa proactivité auprès des clients et un résultat financier meilleur qu’en 2008, le Groupe dégage un résultat net positif de 19,0 millions d’euros en 2009 », a déclaré Wilfried Verstraete, Président du Directoire d’Euler Hermes.
 

I. Résultats du quatrième trimestre 2009

 
Bien que toujours pénalisé par l’environnement économique actuel, le résultat net du quatrième trimestre 2009, à 18,1 millions d’euros, marque une nette amélioration par rapport aux trimestres précédents.
 
Le recul du chiffre d’affaires des assurés s’est encore accéléré au quatrième trimestre 2009 dans la plupart des pays, obligeant Euler Hermes à enregistrer sur cette période une baisse de son chiffre d’affaires de -8,6% à périmètre et taux de change constants par rapport au quatrième trimestre 2008.
 
Le ratio de sinistralité net – qui passe de 88,4% sur le premier semestre 2009 à 77,1% au troisième trimestre 2009 puis à 71,8% au quatrième trimestre 2009 – confirme son amélioration et témoigne de l’efficacité croissante des actions prises par Euler Hermes.
Malgré des taux d’intérêt en baisse, Euler Hermes génère un résultat financier net à 29,5 millions d’euros, en progression (+32,1%) par rapport au quatrième trimestre 2008, grâce notamment à la réalisation de 11,5 millions d’euros de plus-values.
 
Aucun élément exceptionnel n’a impacté le résultat net du quatrième trimestre 2009, qui est toutefois pénalisé par un taux d’imposition élevé, à 46,4%, suite à des différentiels de taux d’imposition importants mère/filiales et des situations fiscales particulières qui n’ont pas permis de constater des impôts différés actifs.
 

II. Résultats de l’année 2009

 

1. Activité

Le chiffre d’affaires de l’exercice 2009 s’élève à 2 085,7 millions d’euros en repli de 3,7% (2,5% à taux de change et périmètre constants) par rapport au chiffre d’affaires de l’exercice 2008 (2 166,5 millions d’euros).
 
Alors que le chiffre d’affaires continue à croître dans les nouveaux marchés, les marchés historiques en Europe et en Amérique du Nord sont confrontés à une forte contraction du volume d’affaires des assurés qui pèse sur les primes acquises. En conséquence, le chiffre d’affaires réalisé en Europe et en Amérique du Nord par le Groupe recule de 3,4% (à taux de change et périmètre constants), en dépit d’une nouvelle production pourtant dynamique.
 

2. Résultat opérationnel

Le résultat opérationnel du groupe Euler Hermes est en repli de 50,4%, à 83,6 millions d’euros. Cette évolution s’explique par la hausse du ratio combiné à 104,7% en 2009, en augmentation de 7,6 points par rapport à 2008 (97,2%).
  • Le taux de sinistralité et le ratio des coûts, les deux composantes du ratio combiné, ont connu des évolutions similaires en 2009 :
  • le taux de sinistralité net affiche une dégradation, passant de 78,1% en 2008 à 82,1% en 2009 ;
  • le ratio des coûts net augmente de 19,1% à 22,6%.
La dégradation du taux de sinistralité se décompose en une amélioration des sinistres de l’année et une augmentation des coûts des sinistres liés aux exercices antérieurs.
Malgré la baisse des frais d’exploitation nets de 3,9%, le ratio des coûts nets se dégrade de 3,5 points (22,6% contre 19,1% en 2008), impacté par la baisse des primes nettes acquises.
 
Le résultat financier réalisé sur cette période s’élève, quant à lui, à 148,4 millions d’euros, grâce notamment aux 71,3 millions d’euros de plus-values réalisées principalement sur les portefeuilles obligataire et immobilier, en dépit d’un fort recul des taux d’intérêt en 2009.
 
Le résultat financier a ainsi compensé le résultat technique négatif, permettant au résultat opérationnel de rester positif à fin décembre 2009, à 83,6 millions d’euros. Ce dernier est toutefois en fort repli (-50,4%) par rapport à celui affiché fin 2008.
 

3. Coûts exceptionnels et impôts

Au 31 décembre 2009, Euler Hermes a enregistré des charges exceptionnelles pour un montant total de 8,9 millions dans le cadre du plan de restructuration de sa filiale italienne, finalisé à ce jour.
 
Le taux d’imposition à fin 2009, à 67,6%, est particulièrement élevé suite à des différentiels de taux d’imposition importants mère/filiales et des situations fiscales particulières qui n’ont pas permis de constater des impôts différés actifs.
 

4. Portefeuille financier

Dans un contexte de marchés financiers offrant peu de visibilité, la politique de gestion financière d’Euler Hermes est restée très prudente. La performance économique annualisée du portefeuille de placements s’est maintenue à 4,5%. A fin décembre 2009, la valeur de marché du portefeuille financier, incluant la trésorerie, reste stable à 3 339,9 millions d’euros, contre 3 339,1 millions d’euros à fin 2008.
 
En dépit des réalisations et de l’évolution des marchés, les plus-values latentes et réserves de réévaluation s’élèvent à 101,8 millions, soit près de 3,05% du portefeuille des placements.
 

5. Résultat net

Après charges financières et impôts, le résultat net d’Euler Hermes s’établit à 19,0 millions d’euros, en baisse de 77,3% par rapport à 2008.
Le résultat net par action est de 0,43 euro, contre 1,92 euro en 2008.
 

6. Dividende

Sur la base de ce résultat net par action de 0,43 euro, Euler Hermes n’envisage pas de paiement du dividende. « Cette mesure est la conséquence logique de notre première priorité, qui est la protection de notre capital dans l’intérêt de nos clients, de notre activité et de sa croissance future », a indiqué Wilfried Verstraete.
 

7. Fonds propres

Les fonds propres du groupe s’établissent à 1 816,5 millions d’euros contre 1 855,3 millions d’euros au terme de l’exercice 2008, soit une contraction de 2,1%.
 

III. Perspectives

 
Les actions prises en 2009 produiront leur plein effet en 2010 et devraient permettre une amélioration significative du niveau des résultats d’Euler Hermes.
La reprise de l’économie mondiale en 2010 sera fragile car les demandes intérieures des grands pays industrialisés sont affaiblies par la montée du chômage et les incertitudes sur le pouvoir d’achat des ménages. La conséquence directe de cette faible reprise est que les défaillances d’entreprises, qui ont atteint un point haut historique en 2009, resteront à des niveaux élevés en 2010. Cependant, même si la vigilance reste de mise dans l’environnement actuel, Euler Hermes accompagnera ses clients dans la reprise et augmentera ses prises de risques là où elles seront justifiées.