madeleine-best

Madeleine-best-picture

Madeleine Best

Directrice Distribution

Europe du Nord

Graduate-Filled-50
  • Master en histoire de l’économie, London School of Economics and Political Science (LSE) – temps partiel Diplômée en 2015
  • Licence en gestion internationale University of Manchester – Diplômée en 2007

Briefcase-Filled-50
  • 2016 – Aujourd'hui, Directrice distribution , EH Europe du Nord
  • 2012 – 2016 Directrice distribution et partenariats, EH Groupe France
  • 2009 – 2012 Directrice grands comptes, EH Royaume-Uni
  • 2008 – 2009 Chargée de grands comptes, EH Royaume-Uni
  • 2007 – 2008 Stagiaire en gestion, EH Royaume-Uni

Qu’est-ce qui vous attiré chez Euler Hermes ?

J’ai commencé à travailler pour Euler Hermes tout de suite après l’université. Pour être honnête, au départ, j’ai été complètement soufflée par le bureau. Je n’étais que rarement venue à Londres et mon premier entretien s’est fait au siège Royaume-Uni au cœur du quartier de Canary Wharf, soit à l’époque le plus haut gratte-ciel de la ville. C’était tellement glamour à mes yeux !

Peu de temps après, j’ai pris conscience qu’Euler Hermes était une organisation d’une très grande diversité. Travailler pour le Groupe vous permet de brasser de nombreux pays, cultures et secteurs. Un facteur très attractif à mes yeux.

Quelles sont les expériences et les compétences utiles pour votre poste ?

À la fac, j’ai étudié l’économie et le commerce mais toute la théorie du monde n’aurait jamais pu me préparer à mon premier emploi, qui consistait à gérer un portefeuille de clients pendant la pire crise économique que le monde ait connu depuis longtemps !

Aujourd’hui, je m’appuie sur les compétences développées au fil de mes précédents postes et sur la richesse de l’expérience de mes collègues. J’ai eu la chance de travailler à chaque niveau de l’organisation et je m’assure de ne pas oublier ces expériences dans mes interactions au quotidien.

Quelles sont vos perspectives d’évolution de carrière au sein d’Euler Hermes ?

Pour apprécier ce qu’on fait, je pense que la clé est d’apprendre un peu chaque jour. Quand mon job ne m’apprend plus rien, alors il est temps de passer à autre chose et de relever un nouveau défi. C’est ce principe qui dicte ma carrière depuis neuf ans et je compte bien poursuivre dans cette voie à l’avenir.

Si vous deviez décrire Euler Hermes en 3 mots

Familiale, solide et sage.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans votre travail pour Euler Hermes ?

Les opportunités. Par exemple, en 2011 j’ai demandé si Euler Hermes pouvait me financer un master à la London School of Economics dans le cadre du programme de formation continue. Non seulement le Groupe a accepté, mais j’ai aussi pu assister aux cours pendant mes heures de travail. Cela m’a pris du temps pour compléter le cursus, deux ans à temps partiel et un break de deux ans pendant que j’étais à l’étranger, mais j’ai fini par décrocher mon diplôme en décembre 2015.

Si vous avez travaillé dans d’autres pays, pouvez-vous nous en dire plus sur ces expériences ?

Peu après avoir débuté chez Euler Hermes j’ai évoqué dans une séance de mentorat que je ne serais pas contre l’idée de travailler à l’étranger. Six semaines plus tard, je démarrais une mission au siège américain du Groupe à Baltimore. J’ai très vite intégré le mode de travail américain et je suis revenue en Europe comblée par un été fantastique.

Ma deuxième expérience à l’étranger a été une mission de trois ans dans notre bureau à Paris. C’est Audrey Hepburn qui a dit, « Paris est toujours une bonne idée ». Elle avait raison. Euler Hermes m’a aidée à emménager, m’a trouvé un logement et m’a fourni des cours de français. Pendant mon séjour, j’ai énormément appris mais mon français laisse encore à désirer !